Newsletter : restons en contact

Comment reconnaître un bon syndic de copropriété ?

Titre article

Comment reconnaître un bon syndic de copropriété ?

Astuces et Conseils
Publié le 27/09/2022

La gestion d’un immeuble en copropriété est assurée par un syndic. Son rôle est de gérer et de maintenir l’immeuble en bon état d’entretien. Il s’agit donc d’un choix important dans la vie d’une copropriété. Alors pour ne pas vous tromper, suivez nos conseils pour reconnaître un bon syndic !

Quels sont les principales qualités d’un bon syndic de copropriété ?

Avant tout, un syndic de copropriété professionnel doit répondre à certaines obligations, à savoir : 

  • Détenir une carte professionnelle avec la mention « syndic de copropriété »
  • Justifier d’une formation continue, critère indispensable pour renouveler la carte professionnelle
  • Souscrire une assurance de responsabilité civile
  • Avoir une garantie financière, indispensable en cas de faillite du cabinet
  • Respecter le code de déontologie fixé par le décret n° 2015-1090 du 28 août 2015.

Mais un syndic doit également posséder de multiples qualités et compétences afin d’exercer son métier dans les règles de l’art.

Un syndic doit être disponible et réactif

Un syndic de copropriété est le mandataire des copropriétaires. À ce titre, il les représente, mais il doit aussi satisfaire leurs demandes dans les meilleurs délais.

Ainsi, il doit mettre en place les moyens humains et technologiques suffisants pour répondre aux diverses demandes des copropriétaires. On attend d’un syndic qu’ils répondent aux mails et appels téléphoniques dans les 24 à 48 heures. De même, il doit savoir prioriser et réagir aux urgences. 

Autrement dit, un gestionnaire de copropriété doit agir vite et bien afin de maintenir l’immeuble en bon état de conservation.

Un syndic possède de multiples compétences

Gestionnaire et assistant peuvent être sollicités pour diverses raisons comme : la gestion des parties communes, le suivi des travaux, la gestion des prestataires et du personnel d’immeuble, la comptabilité, la gestion des impayés… Mais il a aussi un devoir de conseils envers les copropriétaires. En outre, il peut être amené à gérer les conflits et il se doit de faire respecter le règlement de copropriété. 

Aussi, toutes ces missions qui lui sont confiées requièrent des connaissances indispensables en droit, fiscalité, comptabilité, finances, mais il doit aussi se monter diplomate et faire preuve d’empathie.

De même, un bon syndic s’entoure de prestataires de qualité, réactif et professionnel. En effet, il fait intervenir de nombreuses entreprises pour assurer le bon entretien de l’immeuble, réaliser des travaux dans les parties communes parfois important comme un ravalement de façade ou encore réparer une fuite d’eau. Pour cela, il doit s’assurer que les entreprises sont compétentes, réactives sans être hors de prix !

Comment choisir un syndic de copropriété ?

Avant d’élire un syndic lors d’une assemblée générale, quelques critères de sélection sont à prendre en compte.

Choisir un syndic en fonction de la taille de l’immeuble

En effet, un syndic professionnel doit avoir la capacité de gérer la copropriété afin d’être efficace et réactif. Il doit donc avoir les moyens humains nécessaires pour mener à bien les missions qui lui sont confiées.  

C’est pourquoi il convient de choisir un syndic adapté à la taille de l’immeuble. Par exemple, un syndic qui détient principalement des résidences importantes n’aura peut-être pas le temps de gérer une petite copropriété. À contrario, on peut se demander si une petite structure peut gérer un immeuble de 150 lots ! Le mieux est donc de se renseigner auprès des copropriétés voisines et d’obtenir des retours d’expérience. Autrement dit, recourir au bouche-à-oreille peut permettre de choisir le meilleur syndic pour une copropriété.

En outre, il est conseillé d’opter pour un syndic de proximité afin de faciliter la gestion de l’immeuble.

La digitalisation : indispensable pour un syndic

La crise sanitaire a révélé l’importance des outils numériques pour la gestion d’une copropriété. En effet, l’utilisation de l’informatique et du digital est devenu incontournable afin de gérer un immeuble et de faciliter les échanges avec les copropriétaires.

La base est donc d’opter pour un syndic qui applique l’obligation légale de l’intranet. En d’autres termes, il s’agit d’un espace copropriétaire sur lequel vous avez accès aux documents de la copropriété et à votre extrait de compte.

La transparence : vérifier le contrat de syndic

En effet, un syndic doit être transparent et disposer d’outil de communication efficace et claire.

Afin de ne pas avoir de mauvaise surprise, il faut regarder en détail les prestations comprises dans le forfait annuel. Il n’est pas rare qu’un syndic facture des suppléments en cas de travaux, pour les frais d’envoi, les mutations ou les états datés. Alors, n’hésitez pas à scruter les frais cachés afin de pouvoir comparer avec d’autres syndics et de négocier.

Information : depuis le 1er juin 2020, le cout d’un état daté ne peut dépasser 380 € TTC.