NEWS

Comment choisir son syndic de copropriété ?

Publié le 24 Septembre 2019

Partager :
Comment choisir son syndic de copropriété ?

 

Obligatoire dans toute copropriété pour la gestion des parties communes, le syndic de copropriété est une personne physique ou morale, professionnelle ou non. Depuis la loi Alur, il est possible de mettre son syndic en concurrence tous les 3 ans. Mais sur quels critères en choisir un autre ?

 

Des garanties professionnelles incontournables

 

Le choix d’un syndic de copropriété professionnel repose sur un certain nombre d’impératifs sur lesquels il ne faut pas transiger.

Tout d’abord, le syndic doit vous apporter la preuve qu’il dispose d’une garantie financière dans une banque ou un établissement de caution mutuelle. Ainsi, en cas de faillite, les fonds de la copropriété vous seront remboursés. Il doit également avoir souscrit une assurance de responsabilité civile.

Enfin, il doit pouvoir vous présenter sa carte professionnelle délivrée par la Chambre de commerce et d’industrie pour preuve de ses compétences juridiques, comptables, financières et administratives. Normalement, il doit aussi vous assurer de l’ouverture d’un compte bancaire au nom de la copropriété, sauf avis contraire voté par les propriétaires en assemblée générale.

 

Disponibilité et communication

 

Le syndic professionnel choisi doit être en capacité de répondre rapidement à toute demande. Normalement, pour bien faire son métier, il ne devrait pas avoir à gérer plus de 1500 lots. Il faut donc vérifier auprès de lui s’il est en capacité de prendre une copropriété supplémentaire en gestion. Pour qu’il réalise sa charge de travail, faites le compte du nombre de lots dans votre résidence, listez les espaces verts, les équipements, les travaux à engager, le nombre d’impayés...

Les plages horaires du syndic professionnel sont également une bonne indication de sa disponibilité. La communication doit être transparente et fluide avec les copropriétaires. Depuis le 1er janvier 2015, la mise à disposition d’un service extranet est d’ailleurs obligatoire. Certains n’y publient que les procès-verbaux des assemblées générales, d’autres y ajoutent toutes les écritures comptables et les ordres d’intervention de telle manière que les propriétaires peuvent suivre et contrôler le travail du syndic tout au long de l’année. Demander une démonstration de l’extranet à son futur syndic vous donnera une idée sur sa façon de communiquer.

 

Les clauses du contrat

 

Avant de signer, il faut encore vérifier que la quasi-totalité des charges sont incluses dans le forfait de base, comme le précise la loi. Les prestations particulières (par exemple, le suivi des travaux) facturées en supplément sont indiquées clairement sur les contrats types depuis le 2 juillet 2015.

Renseignez-vous bien sur ces frais supplémentaires.

Partager :