Newsletter : restons en contact

Comment faire une offre d’achat ?

Titre article

Comment faire une offre d’achat ?

Acheter
Publié le 19/10/2022
- Mis à jour le 01/12/2022

Vous avez un coup de cœur lors de la visite d’un appartement ou d’une maison ? Pour bloquer le bien que vous visez, vous devez faire au vendeur une proposition qui s’appelle une offre d’achat. Et pour mettre toutes les chances de votre côté, et que votre offre soit acceptée, suivez nos conseils.

Connaître le prix du marché immobilier

Avant de formuler une offre d’achat, vous devez estimer correctement la valeur du bien. En effet, une proposition juste aura plus de chance d’être acceptée. Ainsi vous devez connaître le prix moyen du m² de l’immobilier local, et même précisément du quartier. De même, il faut tenir compte des atouts et des défauts du logement afin de réaliser une offre à un prix juste.  

N’hésitez pas à demander conseil à votre agent immobilier qui saura vous dire si l’offre d’achat est raisonnable ou si vous sous-évaluez le bien. C’est son métier !

Comment rédiger une offre d’achat ?

Avec une offre d’achat, l'acquéreur s'engage à acheter le bien aux conditions qu'il fixe si le vendeur les accepte. Alors pour qu’elle soit valable, elle doit contenir les mentions et informations suivantes : 

  • La description du bien et son adresse.
  • Le prix d’achat proposé.
  • La durée de validité de l’offre, qui est généralement de 7 à 10 jours. Ce délai correspond au temps que vous accordez au vendeur pour accepter ou non l’offre. Sans réponse du vendeur dans ces délais, l’offre est annulée.
  • Le moyen de financement (prêt ou financement personnel).
  • Vous pouvez mentionner le fait que la vente ne sera définitive qu’au moment de la signature du compromis de vente.

Vous avez  aussi la possibilité d’ajouter des clauses suspensives qui permettent d’annuler la vente si l’une des situations indiquées à l’offre se réalise, bien que généralement ces clauses soient insérées à la signature du compromis de vente.  Néanmoins, les clauses qu’il est possible d’insérer sont relatives à l’obtention d’un crédit, d’un permis de construire ou d’autres pouvant affecter l’usage du bien comme la présence d’une servitude par exemple. 

Pour finir, vous pouvez annexer certains documents à l’offre d’achat afin de convaincre les vendeurs à l’accepter. Par exemple, pour appuyer votre proposition et prouver que vous êtes solvable, une attestation d’une banque indiquant un accord de principe d’obtention du prêt.

A quoi vous engage une offre d’achat 

La formulation écrite d’une offre d’achat vous engage. Concrètement, cela veut dire que vous vous engagez à acheter le bien à partir du moment où le vendeur accepte l’offre. Sachez donc qu’une fois l’offre acceptée, vous ne pouvez pas vous rétracter à moins qu’une des clauses suspensives mentionnées se réalise. 

Mais cet engagement est relatif… En effet, en tant qu’acheteur vous bénéficierez d’un délai de rétractation de 10 jours à la signature du compromis de vente. Ce qui signifie que vous pouvez changer d’avis, revenir sur votre décision d’acheter le bien sans aucun motif ni aucune pénalité.

En revanche, un vendeur qui a accepté l’offre au prix ne peut plus revenir en arrière !

En résumé : 

Il existe trois possibilités d’annulation d’une offre d’achat : 

  • L’acheteur peut se rétracter tant que l’offre n’est pas acceptée par le vendeur ;
  • L’offre d’achat est annulée si le vendeur refuse ou ne répondent pas dans les délais ;
  • L’offre d’achat devient caduque si le vendeur fait une contreproposition. Dans ce cas, vous entrez dans une phase de négociation.

Quels sont les précautions à prendre avant de formuler une offre d’achat ?

Tout d’abord, vous devez vérifier que le délai de réflexion que vous avez laissé n’est ni trop long ni trop court. Une durée de 7 jours à 10 jours représente un délai raisonnable.

Ensuite, assurez-vous que vous avez indiqué les clauses suspensives qui vous permettront d’annuler la vente dans certaines situations. Pour finir, ne versez jamais d’argent au vendeur ! En effet, les acomptes sont interdits à ce stade de la transaction.